• J'dis cha et je n'dis rien


    Vir infin s’profiler quanç’que t’orviens d’vacances
    L’cathédrale et l’bieffreo su ein feond d’ciel de France ;

    In companie d’l’Esquéaut faire ein p’tit bout d’quémin
    De l’Dorca jusqu’au peont qui meonte et qui déquint ;

    Intint’ dins l’nef romane pindant l’Saint Sacrifice
    L’harmoni.euss’ prière qui s’élièf’ de l’Maîtrisse ;

    Vir el’vint qui s’amusse à jeuer les fripeons,
    À gueonfler les drapéeaux, à r’trousser les cotreons ;

    Sintir tous les matins pou t’sortir de t’paillasse
    L’récanfortante odeur du fraîch’ café qui passe ;

    Vir feoncer ein’ beonn’ sœur qui pédale d’beon cœur
    Pou arriver à temps à l’bass’ mess’ de siept heures ;

    S’raminvrer ein’ cancheon : ein’ d’asteur, ein’ incienne,
    Ein’ que t’as dansé d’ssus ; cor mieux : ein’ tournaisienne !

    Arpinter no chité, ses rues et ses boul’vards,
    Ses quartiers populaires, ses peonts et ses rimparts ;

    S’dir’ qu’elle a induré des malheurs et des guerres,
    Mais qu’ell’ s’a erlévé, vaillante et toudis fière ;

    Parler autant que t’peux l’mêm’ lanqu’ que tes tayeons
    Pasque t’es né ichi et qu’ichi ch’est t’maseon ;

    Sintir les prumièr’s gouttes quand l’temps i-est à l’orache,
    Qu’on aspire à l’fraîcheur, qu’on voudreot ein’ beonn’ drache ;

    Pouvoir quand cha t’déminch’, quanç’que l’invi’ t’in prind,
    Jeuer avec les meots pou in faire ein quatrain ;

    Consoler ein infant –el’ sien ou l’ceu d’ein eaute–
    Qui s’a fait dégréauer pa s’cat et qui sanglotte ;

    Raviser tant que t’veux l’Arginteul à Manet,
    Les vierch’s des maît’s flaminds ou l’marine à Monet ;

    Invier l’rayon d’solel qui taquin’ ein corsache
    Pou t’moutrer l’tort que t’as d’rester là oussi sache ;

    Avec ein’ boul’ de laine qu’on a dû oblier
    Vir, beondissant, curieux, ein jeon’ de cat jeuer ;

    S’dir’ qu’eine feimme est jolie –el’ sienne ou ceull’ d’ein eaute–
    I n’a pos d’mau à cha, sacristi ! À vo mote ?

    Malgré tout ç’qu’on peut vir et malgré l’temps qui queurt
    Warder, mêm’ si-on a peur, l’espoir au feond de s’cœur ;

    J’dis cha et je n’dis rien : et si ch’reot cha, l’bonheur ?

                                                                  Juillet 2007

                                                          1er Prix Prayez 2007